Mistoihi ABDILLAHI

La sociologie comorienne

Accueil > Juste pour rire > Juste pour rire : La Saint Valentin au Jardin de la Paix

Juste pour rire

Juste pour rire : La Saint Valentin au Jardin de la Paix

dimanche 14 février 2021, par Mistoihi ABDILLAHI

Toute personne qui tombe amoureuse pour la première fois tient à fêter la Saint-valentin avec son partenaire. Je devais alors choisir un lieu d’attraction des nouveaux couples- le plus souvent informels- pour une observation participante. Il s’agissait alors de noter surtout le comportement des uns et des autres s’agissant de la motivation

Une structure comorienne chargée de la promotion du romantisme m’a chargé de réaliser une étude sociologique sur l’évolution du romantisme en s’intéressant au « taux des débutants en amour » sachant que ceux-ci se manifestent chaque 14 février, jour de la St-valentin. Autrement dit, toute personne qui tombe amoureuse pour la première fois tient à fêter la Saint-valentin avec son partenaire. Je devais alors choisir un lieu d’attraction des nouveaux couples- le plus souvent informels- pour une observation participante. Il s’agissait alors de noter surtout le comportement des uns et des autres s’agissant de la motivation. Alors que certains manifestaient une joie, on lisait sur les visages des autres le mécontentement comme s’ils étaient sous pression : ils sont là par contrainte. Pour faire l’exercice, j’ai choisi le Restaurant « Jardin de la Paix », un des meilleurs de la place. J’y prends place à 09H00.
Quelques minutes après, je vois une jolie dame y entrer aussi.
- Bonjour Directeur, me dit-elle !
- Bonjour Madame.
J’ai compris que cette jolie dame aux cheveux lisses me connait. Moi non.
Elle prend une chaise à la troisième table de la mienne.
- Je vous sers un verre de jus, l’interrogea la serveuse qui l’a accueillie avec tous les honneurs.
- J’attends quelqu’un, répond la dame.
Comme la curiosité est une sacrée qualité, j’observais la dame. Et celle-ci n’arrêtait pas de regarder sa montre. J’ai confirmé qu’elle attendait quelqu’un et qu’elle était impatiente.
Madame finit par effectuer un appel téléphonique. La conversation n’a pas duré une minute.
Du coup la dame se leva et commence à crier comme une folle.
- Hé ! Hé ! Hé ! Hé ! Lewo ndo mwuso (aujourd’hui c’est le dernier jour), lança-elle.
J’ai eu peur. Tellement peur. J’ai eu l’impression que la femme est en train de perdre la tête.
La dame s’approche de moi et me demande pardon :
- Ecoute-moi Directeur, est-ce que vraiment je mérite çà ?
Sans savoir réellement ce qu’elle voulait dire j’ai réagi en faisant allusion au fait qu’elle attend depuis un moment.
- Non, madame, à la place de cet homme, c’est moi qui serai ici pour vous attendre.
- C’est pire, Monsieur le Directeur. Je suis tombé si bas en me laissant draguer par un monsieur qui roule à taxi le jour de la Saint-valentin. Quand on discutait sur Messenger, il m’a laissé comprendre que c’est un haut cadre, bien payé et qui mène une vie luxueuse. Jamais je ne pouvais imaginer qu’il n’est même pas véhiculé. Comme disent les Comoriens « pvanu ngamtsodja nilwa nipaha » « comme si je suis offerte à un chat pour me dévorer ».
Je suis resté sans voix surtout que j’étais là pour des raisons professionnelles. Tous les serveurs se sont levés et se sont dirigés vers elle en se regardant en chiens de faïence.
- Excusez-moi, je dois partir avant que ce chat me trouve ici.
Quelques minutes après, je vois un homme descendre d’un taxi, habillé en costume-cravate. Il entre et se dirige vers moi :
- Est-ce que c’est ici Jardin de la paix ?
- Oui c’est bien ici…..

Pour connaître la suite de l’histoire restez connectés sur le site www.mistoihi-abdillahi.com


Voir en ligne : Une serveuse casse un mariage le soir de la Saint Valentin